Retour

  • S6-40 Expériences pour le projet

Cours optionnels 2h (2 cours ou 1 cours si parcours libre)

Semestre 6

11 - Espaces publics et paysages - Jean-Marc L'Anton (2h)

Responsable(s) : Jean-Marc l'Anton, Hélène Izembart

  • Année : 3
  • Semestre : 6
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Paysage et architecture : penser le non bâti / projeter avec le vivant

L’enseignement se situe en fin de cycle Licence. Le cours ouvre à la question de l’aménagement des espaces non bâtis par le biais de l’approche paysagère.

 

Ce thème est abordé sous plusieurs angles : Il s’agit, à ce moment de l’enseignement d’architecture, d’approfondir les notions de relation entre bâti et non bâti, entre inerte et vivant, et plus largement entre paysage et architecture.

 

Pour cela, ce cours propose d’explorer un domaine récent, celui du paysage.

 

Jusque récemment, le paysage était entendu comme une scène composée, ou un morceau de nature spectaculaire. Dans les années soixante, émerge le concept de paysage tel que nous le comprenons aujourd’hui. Puis une nouvelle discipline de projet s’établit dans les années soixante-dix, celle du projet de paysage. Le cours développera les raisons de l’émergence de cette problématique du paysage, la façon dont elle interroge la société, la relation entre l’homme et la nature, la relation entre un bâtiment et son site, entre la ville et le vivant, et plus largement la pratique de l’architecture.

 

La transformation du paysage est en réalité fondée sur deux piliers dont l’analyse, en termes de « pratique de projet », sera développée dans ce cours :

- celui intemporel des pratiques traditionnelles des sociétés dans l’aménagement de leur territoire,

- celui, ancestral et sans cesse réinventé de l’art des paysagistes, qui constitue la base du savoir-faire de l’aménagement des espaces publics, et plus largement de la valorisation de la nature et de l’environnement local.

 

Nos paysages sont le résultat de l'action des hommes sur leur environnement pour le rendre plus habitable et ce, depuis la nuit des temps. Les paysages que l’on aime ont été créés par la nécessité de travailler ensemble, d’aménager ensemble et donc de réfléchir ensemble pour s’abriter, pour mieux produire, pour mieux circuler, pour mieux vivre dans nos territoires.

 

Nos paysages sont le résultat d’une intelligence collective et de gestes infiniment répétés de façon ancestrale. Ils sont le fruit d’un équilibre savant conjuguant dans un rapport fertile les activités humaines avec les contingences naturelles. La raison de nos paysages n’est pas culturelle par essence, elle est nécessaire par besoin.

 

Nos paysages sont le résultat d’actions qui visent à rendre nos territoires mieux habitables. Ce que l’on aime dans nos paysages n’est pas tant leurs quantités vertes que d’admirer la matière grise qui œuvre à les valoriser.

 

Dans cet exercice, l'homme joue en permanence à agrémenter son écoumène : travailler avec les ressources locales, jouer avec le vivant, mobiliser des savoirs simples et intemporels pour créer des chemins, gérer des soutènements, travailler les micro-climats, valoriser les terrassements, penser les relations entre la ville et la campagne, entre l’homme et la nature comme un ensemble fonctionnel, entretenant un rapport cyclique associant besoins et ressources.

 

L'architecture est une des professions de l’aménagement, qui si elle traite de la transformation de l’espace, développe des « outils » et des attitudes souvent trop orientées vers l'objet architectural. L'enjeu de ce cycle est d'ouvrir aux questions de la relation entre le bâtiment et son environnement au sens large : le paysage urbain ou rural qui l'environne, la relation entre le bâtiment et le monde vivant, le rapport à l’espace public. Il s’agit de mieux appréhender la relation du bâti et de son site pour l’envisager dans un rapport de projet fertile.

 

L’art de « rendre habitable » le territoire que pratiquent les sociétés humaines depuis toujours (ou presque) a « fabriqué » nos paysages. S’intéresser à « l’art de la prise de site » à travers des exemples historiques réalimente la pratique d’une architecture localisée. Loin de s’intéresser à ressasser une histoire de l’art des jardins, il s’agit d’étudier l’histoire du projet du non bâti : du jardin, au parc, aux espaces publics et aux campagnes.

 

Enfin, le paysage, l’espace public et l’aménagement posent la question de la nature et plus largement du vivant dans le projet, en ville comme à la campagne. Comment penser aujourd’hui cette relation à l’heure du changement climatique, de la lutte contre les ilots de chaleur, du besoin de préservation de la biodiversité à la campagne mais aussi en ville, et plus largement de la préservation des ressources qu’elles soient inertes ou vivantes.

 

Les cours ouvrent largement sur ces questions actuelles en esquissant les réponses à ces enjeux de demain. Ils sont illustrés de nombreux visuels et notamment des projets réalisés ou à l’étude.

 

Le cours est associé à une journée de visite de site permettant de balayer les thématiques abordées.

Contenu

Cours 1 / 8 mars 2021 par Jean-Marc L’Anton – De l’arbre en ville au vivant en ville. La figure de l’arbre est la figure la plus simple à saisir pour illustrer la mise en place d’êtres non humains en ville.

 

Cours 2 / 15 mars 2021 Par Hélène Izembart - Le paysage vernaculaire : Présentation des paysages de la Somme (travail issu de l’élaboration de l’Altas des Paysages de la Somme).

 

Cours 3 / 22 mars 2021 par Jean-Marc L’Anton – Penser la collecte des eaux de pluies, c’est favoriser le vivant en ville. Il pleut sur les bâtiments et sur les voiries. Où va cette eau qui autrefois s’infiltrait dans le sol ? Comment collecter cette eau, comment la rendre présente en ville, comment la conjuguer avec la vie humaine comme non humaine ?

 

Cours 4 / 29 mars 2021 par Jean-Marc L’Anton - Du vivant au milieu : La nature n’est plus la question d’une addition de végétaux mais un enjeu de mise en œuvre de mécanismes écologiques interpénétrés, dont l’homme est un élément déterminant.

 

Cours 5 / 6 avril 2021 par Jean-Marc L’Anton – Le bâtiment et la ville : de quoi le bâtiment a besoin ? L’infrastructure, pour accéder, pour desservir, pour relier. Penser la voirie c’est penser les usages mais c’est aussi penser l’énergie. Une histoire de la ville et du paysage par le biais de l’énergie.

 

Cours 6 / 12 avril 2021 par Jean-Marc L’Anton – Retour sur la ville et son rapport au territoire : le bâtiment ne se mange pas, ne nourrit pas, mais les champs, si ! vers le zéro artificialisation des sols.

Lancement de l’exercice final.

 

Cours 7 / 19 avril 2021 par Jean-Marc L’Anton - Architectes et paysagistes deux champs disciplinaires, deux attitudes. Cela ne date pas d’hier : l’exemple passionnant d’un débat matérialisé dans l’espace à travers plusieurs grands projets : Vaux, Versailles, Saint-Germain, Sceaux, Chantilly, etc.

 

Cours 8 / 3 mai 2021 par Jean-Marc L’Anton - Finalement c’est quoi le paysage ? Emergence du concept de paysage : Du paysage vernaculaire au paysage en transformation, le paysage comme image sociale, le paysage comme art social.

Rendu des travaux de l’exercice : cf note jointe.

 

Cours 9 / 10 mai 2021 par les élèves - TD de restitution- Les élèves viennent exposer leurs travaux remis le 4 mai (voir évaluation ci-dessus). Synthèse du Cycle de cours.

 

Une journée en mai à trouver : visite Arcueil. De 1983 à aujourd’hui 40 années de productions phares, avec une trentaine de projets sur un parcours de 2km : des projets de 10 Grands Prix de l’Urbanisme, d’une douzaine de paysagistes. Cette visite montre l’évolution de la pensée urbaine et des aménagements d’espaces publics sur quatre décennies et dans un site remarquable, la vallée de la Bièvre. Départ RER Arcueil Cachan / Arrivée Cité Universitaire de Paris.

 

Le cours « architecture et paysage » est illustré par une visite de projets d’aménagements d’espaces publics et de réalisations urbaines à Arcueil.

Travaux

L'élève reprend un projet déjà réalisé dans son cursus et le pousse en prenant en compte ce qu'il a appris/compris de ces cours. Rendu format A3 5 à 6 feuillets. Cooerction collective et individuelle.

Bibliographie

AMBROISE Régis, MARCEL Odile, Aménager les Paysage de l’après-pétrole, C. H. Mayer 2015

BARON ERNOUF, L’art des jardins, Connaissance et Mémoires, réédition 2003, Ed. originale 1868, 2 tomes

CABANEL Jean, Aménagement des grands paysages en France, ICI Interface, 2015

COLL. Sous la direction de M. Audouy, J.P. Le Dantec, Y. Nussaume, C. Santini, Le Grand Paris d’Alphand, Ed. de la Villette, 2018

COLL. Sous la Direction du Bureau des Jardins et du Patrimoine Paysager, Le Nôtre, un illustre inconnu ? Ed. du Patrimoine 2003

COLL. Sous la direction de G. Farhat, André Le Nôtre, fragments d’un paysage culturel, Ed. Musées d’Ile de France, 2006

COLL. Sous la direction de P. Bouchenot-Méchin et de G. Fahrat, André Le Nôtre en perspectives, Editions Hazan, 2013

CORAJOUD Michel, Le paysage c'est l'endroit où le ciel et la terre se touchent, Arles : Actes Sud, 2010.

COLL. Sous la direction d’Odile Marcel, Territoire du bocage un paysage à lire, n°1, Ed. Tarabustes, 2002

GIROT, Christophe, Le cours du paysage, Ulmer, 2016

GRUMBACH Antoine, et Associés, Seine Métropole, Sautereau Editeur, 2009

HERVE GRUYER Perrine et Charles, Permaculture, Guérir la terre, nourrir les hommes, Actes Sud, 2011

L’ANTON Jean-Marc, Le temps et les pratiques des paysagistes, Rapport commandé par le Bureau des Paysages du M.A.T.E, 1999

L’ANTON Jean-Marc et Associés, Dessiner le temps, ICI Interface, 2013

LE DANTEC Jean-Pierre, Jardins et Paysages, textes essentiels, Larousse, 1996

LES CARNETS DU PAYSAGE n°30, n° spécial John Brinckerhoff Jackson, Actes Sud, 2016

MAROT Sébastien in Les Carnets du Paysage n°1, L’alternative du paysage, Les Editions de l’Imprimeur, 1995

MERIGOT Père, Promenade ou itinéraire des jardins d’Ermenonville, Mérigot : 1788

MERIGOT Père, Promenade ou itinéraire des jardins de Chantilly, Desenne : 1791

PITTE Jean Robert, Histoire du paysage français, de la préhistoire à nos jours, Taillandier, 2012.

NICOLAS FORESTIER Jean Claude, Grandes Villes et systèmes de Parcs, NORMA Edtions, 1997, Edition originale de 1908

RIBOULET Pierre, Onze leçons sur la composition urbaine, Presse Ponts et Chaussées, 1998

Informations supplémentaires

Projections de visuels