Retour

  • S6- 10 La fabrique du projet

Projet 6

Semestre 6

Groupe 05 - Sabine Moscati, Pierre Tisserand, Adrien Durrmeyer [E0611050]

Responsable(s) : Pierre Tisserand, Sabine Moscati

Enseignant(s) : Philippe Maillols, Adrien Durrmeyer

  • Année : 3
  • Semestre : 6
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

La ville n’est pas figée, elle est en constante évolution, se transforme, s’étend, se renouvelle…

Aborder la ville, la comprendre pour participer à sa transformation, est un des objectifs de ce projet de semestre 6 articulé autour de trois séquences.

Cet enseignement se fera à travers un sujet commun aux Groupes 2, 4, 5, 7 et 10 pour signifier aux étudiants la diversité des approches de conception, pour confronter les points de vue et les pédagogies. Il sera également nourri par les enseignements transversaux en science humaine et ville et territoire dans les domaines de la lecture des sites, le décryptage des lieux, la représentation des territoires géographiques…

 

 

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Notre objectif pédagogique est de former des étudiants à acquérir les outils, les concepts et la méthodologie permettant de développer un projet au moyen d'une démarche de projet, personnelle, cohérente et maîtrisée.

Il s’agit d’obtenir une diversité de réponses pour installer la confrontation des partis, le dialogue et l’échange des idées, lequel favorise un terrain idéal pour le développement de l’esprit critique.

L’objectif du semestre 6 est de faire travailler les étudiant sur la constitution de la ville en le faisant réfléchir depuis l’échelle du territoire jusqu’à celle de l’édifice.

Il s’agit d’initier l’étudiant à :

• Comprendre les principaux tissus urbains d’un territoire, la formation sédimentée de ceux-ci travers l’étude de sa formation historique.

• Identifier les principales typologies de bâtis et les édifices majeurs. Repérer les pôles et leur déploiement.

• Comprendre les différent réseaux leurs connexions. Appréhender la mobilité existante et future.

• Approcher la biodiversité en ville, les moyens de la préserver, de la révéler.

• Etudier les populations et le contexte économique et social, leur façon d’habiter l’urbain.

• Retenir de l’étude d’analyse tous azimuts, des enjeux puis des stratégies d’orientations et d’actions.

• Concevoir et traduire un projet urbain. Composer, qualifier, traduire des intentions.

• Projeter un édifice dans le cadre d’un projet urbain défini, l’insérer dans un contexte.

• Proposer une réflexion et d’une conception de la ville de demain

 

- ville frugal : une sobriété énergétique, les désirs d’espace et de nature avec un usage économe du sol. La qualité du vivre en ville

 

- ville résiliente : se préserver des impacts des inondations, s’adapter et renforcer leurs infrastructures de collecte et de traitement des eaux usées et pluviales. Afin de surmonter les catastrophes.

 

- ville post carbone : objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation d’énergies fossiles.

 

- ville intelligente : des réseaux de transport et de circulation, réseaux de production et de distribution d’énergie, réseaux de distribution d’eau, réseaux de télécommunications etc …

 

Le projet de S6 est également le dernier projet du cycle de License. Il doit permettent de juger que l’étudiant à bien acquis le socle de connaissance attendu a ce stade des études et pouvoir envisager la continuité vers le Master.

 

 

 

METHODOLOGIE et DEMARCHE DE PROJET

Rencontre avec le territoire :

La visite de la ville, l’immersion dans le quartier objet de l’étude, la rencontre avec les services des collectivités locales et ou des associations permettent de questionner son fonctionnement à travers le point de vue de ses bénéficiaires et de proposer des améliorations concrètes.

L’étude d’analyse minutieuse et rigoureuse est exprimée au travers d’éléments graphiques ou cartographies permettant l’émergences de scénarii. Ces derniers définissent alors un programme et une stratégie d’intervention.

La phase de traduction s’appuie sur cette première séquence de travail et vise à explorer les pistes émises. La traduction projectuelle de ces orientations doit permettre à l’étudiant de requestionner ses premières hypothèses de départ. Commence alors un travail itératif et exploratoire pour conduire en fin de séquence à la production d’un groupe d’édifices.

La contextualisation est un point dur de l’approche. Il s’agit avant tout, de s’insérer dans un site, un contexte économique, politique et socioculturel au même titre que dans un ensemble architectural construit dans un projet urbain défini et cohérent.

Contenu

CONTENU

Séquence 01 : ANALYSE DU TERRITOIRE _travail mené en équipe de 3 à 4 étudiants.

 

La découverte du site et sa compréhension est réalisé au travers de différents biais qui seront mis en communs.

Pour ceux qui le peuvent, visite concrète et commenté par les enseignants, du territoire élargi et de la ville jusqu’aux potentielles zones d’interventions. Restitutions par les étudiants de reportages photographique et croquis.

 

L’analyse urbaine et territoriale est menée au travers de décompositions thématiques donnant lieu à la production de cartographies, support des futures orientations de projet.

 

L’analyse portera sur les tissus et leur formation (histoire) leur insertion dans une géographie particulière expliquant le cadre naturel (géologique, topographique, paysage hydraulique et rapport à l’Oise…)

 

Constatations des situations : le regard aigusisé, les étudiants approche la question des populations dans leur territoire par l’étude documentaire complété éventuellement par des entretiens avec des élus, habitants…L’observation de leur mode de vie doit conduire à l’étude de flux et de la mobilité actuelle et en devenir sur le territoire (flux pendulaires).

 

Enfin les sites d’expérimentations sont identifiés : Certains sont proposés d’autres seront retenu à l’issu de l’étude.

 

A l’issus des constats et diagnostics, chaque équipe est appelée à formuler des enjeux et énoncer des objectifs. Cette phase de programmation urbaine doit permettre l’émergence d’orientations d’aménagements et de stratégies de transformation.

 

Séquence 02 : DEFINITION DU PROJET URAIN

Sur la base des orientations retenues à l’issu de l’analyse, les étudiants sont invités à porter un regard rapproché sur les zones d’expérimentations retenues.

Par l’étude comparative et la recherche documentaire, il faudra établir des modèles de développement possibles.

Commence alors la phase de manipulation des volumes et des surfaces, par une approche du dimensionnement des interstices, des pleins, des linéaires, des fragments libres, des alignements. Commence alors la réflexion sur l’intégration de la notion d’usage à coordonner à celle de la planification.

Il en résulte l’élaboration des enveloppes à habiter et de leur organisation sur le terrain d’expérimentation s’appuyant sur une trame de desserte et des espaces naturels ou à planter.

 

Sont alors établis un ensemble de prescriptions sur l’espace public et l’espace privé. La frange entre les futurs lots et l’espace public sont précisés et forment un Projet urbain.

 

Formalisation et traduction du projet urbain,

- Établissement des règles d’occupation sous forme de fiche de lot, des schémas directeurs, de synoptique de développement

- Production de situation types (traitement des seuils, des interstices, façades spécifiques, extérieurs privatifs, zones de stationnement…plan de revitalisation

- Choix des gabarits et des volumes, des rapports entres vides et plein, proposition de typologies.

- Rapports aux avoisinants, liaisons, raccords, mises à distances, intégrations…

 

En parallèle, il sera mené une étude des ressources et des matérialités. L’approche des savoir-faire et intelligences locales afin de placer le projet dans un contexte économique réaliste.

 

Séquence 03 : LE PROJET D’ARCHITECTURE ANCRÉ DANS SON TERRITOIRE _travail individuel

Focus sur le secteur d’étude.

Dans chaque équipe, les étudiants se distribuent les lots à bâtir ou à transformer. Ils établissent une esquisse s’inscrivant dans les prescriptions établies au projet urbain. De fait le projet urbain est soumis aux nouvelles contraintes produites par le travail sur l’édifice.

 

Le mode exploratoire du projet remet en question et/ou valide le projet urbain.

 

La traduction architecturale doit être foncièrement contextuelle et doit tenir compte des avoisinants, de son insertion dans le tissu urbain existant, de sa capacité à produire un nouveau paysage, à connecter franges voisines à intégrer la nature en ville.

 

 

SITE(S) D’EXPLORATION(S)

Le territoire élargi de l’étude se situe aux alentours de Creil.

 

Le groupe 5, s’attachera à étudier le bourg de Verneuil en Halatte, situé aux portes de l’Oise dans un site naturel exceptionnel en lisière de forêt.

 

Le cadre paisible de ce bourg à proximité de villes plus importantes (CREIL) lié par des gares en développement et de site d’activités économiques (PARC ALATA) justifient de s’attarder à son développement, de le maitriser dans le déploiement d’une orientation cohérente et respectueuse de son cadre.

 

L’exitance d’ilots fonciers, aujourd’hui non bâtis et situé en cœur d’agglomération constitue un fort potentiel de développement de la commune. La proximité avec le centre bourg offre une nouvelle opportunité de densification et de requalification du cœur de ville. La structure du projet urbain doit permettre la couture des tissus anciens et constitués avec ses franges et paysages naturels à préserver.

 

Le logement sera bien évidement la matière privilégiée de ce développement. Il offrira l’opportunité de se questionner sur les nouvelles formes qu’il peut revêtir, dans ce contexte territorial et celui de la crise sanitaire actuelle.

Quelles nouvelles formes d’habiter peuvent émerger dans ce cadre ?

 

 

TRANSVERSALITES

L’architecte ou l’urbaniste ne pratique pas seul, il est d’autant plus pertinent qu’il s’enrichi de nombreux domaines connexes. Ce semestre sera l’occasion de concilier urbanités et sociologie, stratégies à long terme et action dès à présent.

 

L’intervention éclairée de sociologues et d’acteurs des collectivités locales permettrons à la fois, d’aider à définir au plus juste un programme et un plan d’action puis de densifier l’expérience du projet par un apport théorique appliqué à celui-ci. Faire naitre de nouvelles problématiques et en trouver les traductions plastiques, volumétriques et construites pertinentes et répondant à des besoins quels qu’ils soient.

 

L’apport des domaines des sciences humaines et sociales et de la ville et territoire complètera le travail d’atelier.

Travaux

TRAVAUX REQUIS et CONFRONTATIONS

Suivant les phases et temps d’étude

Remises sous forme de dossiers de présentation ou de panneaux.

Etudes en maquettes à différentes échelles.

Exposés oraux

Travail d’équipe et individuel

 

Les temps forts du semestre sont validés à l’occasion de jurys constitué d’enseignants d’autre groupe suivant les sites d’études et d’intervenants extérieurs (coordinateur du Parc Nationale de l’Oise). Le projet est évalué au regard de son expression, de sa construction et de sa communication.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE :

 

Camillo SITTE : L’art de bâtir les villes : l’urbanisme selon les fondements artistiques _Edition de l’équerre. (1889)

 

Rem KOOLHAAS : New York délire _ Edition parenthèses. (1978)

 

Antoine PICON : La ville territoire des cyborgs _ Aux éditions de l’imprimeur. (1998)

 

Chris YOUNES et Michel MANGE MATIN : Lieux contemporains _ Editions DESCARTES et Cies. (1997)

 

Yona FRIEDMAN : Comment habiter la terre _ Aux éditions Eclat Poche. (2016)

 

Benoît JALLON - Umberto NAPOLITANO - Franck BOUTTÉ : Paris Haussmann - Modèle de ville _ Coédition Park Books/Pavillon De L'arsenal (2020)

 

Peter Ebner, Eva Herrmann, Roman Hollbacher, Markus Kuntscher et Ulrike Wietzorrek : Typology+ _ éditions BirkHauser. (2020)

 

Sous la direction de Encore Heureux _ MATIÈRE GRISE - Matériaux/ Réemploi/ Architecture _ Editions Pavillon de l'Arsenal (2019)